L'hypnose, c'est quoi ?

 

L’état d’hypnose se décrit comme une expérience non ordinaire de la réalité que la neuroscience a démontré comme étant un « état modifié de conscience ».

Lorsque vous fonctionnez dans la vie courante, vous bénéficiez d’une expérience reconnaissable par des phénomènes intégrés vous indiquant que c’est le « réel normal ». Autrement dit, vous vivez une expérience habituelle, avec des indicateurs connus, réitérés et sensibles. De surcroît, vous pouvez penser que cette réalité est partagée, objectivée.

L’hypnose se différencie de l’état de conscience principal. Ce dernier manifeste majoritairement des trains d’ondes type Bêta. En état hypnotique, vous allez fonctionner différemment qu’à l’accoutumé.

ondes hypnotiques alpha

L’observateur ou hypnotiseur / thérapeute peut détecter une phénoménologie très distincte de votre fonctionnement principal. En effet, certaines fonctions cognitives sont activées pendant que d’autres sont mises en sommeil.

 

L’hypnose : une expérience subjective

 

Si la réalité de notre quotidien peut être objectivée par d’autres, l’hypnose est une expérience unique, singulière pour chacun. Vous ne rentrerez pas en hypnose comme le voisin ou comme un des membres de votre famille. A chacun son surf hypnotique !

L’hypnose est un ensemble de phénomènes vécus de manière subjective. Chaque expérimentation se veut distincte, difficilement descriptive. La singularité des sujets crée autant de transes hypnotiques, que de personnes et sensibilités existantes.

Cependant les hypnologues s’entendent pour décrire une phénoménologie commune, flexible, non exhaustive, collectée empiriquement grâce au feedback de sujet d’étude ou observation (calibration).

 

Phénoménologie de l’hypnose

 

La phénoménologie s’intéresse à tous les effets perceptibles d’un événement. L’ensemble des phénomènes hypnotiques indiquent la traversée d’un état divergent de l’ordinaire.

Léon CHERTOK, psychiatre renommé pour ses travaux sur la transe hypnotique et la médecine psychosomatique, parle ainsi de la « phénoménologie de l’hypnose » comme une « phénoménologie révolutionnaire qui contredit tous nos savoirs théoriques ».

Pour François ROUSTANG, psychanalyste, hypnothérapeute et philosophe, l’expérience hypnotique désigne une sorte « d’inconscient sans inconscient ».

célébre hypnothérapeute

Pour bien des hypnotisés, qui ont expériencé cet état « extra » ordinaire, tentent d’en faire un retour mais parfois les mots JUSTES manquent, pour décrire leurs profonds ressentis.

Il peut y avoir une sensation de bizarrerie, une distorsion de temps, des émotions ou affects diminués, un ressenti du « moi » modifié, une amnésie partielle ou anachronisme, un rapport au corps et au monde différent... La phénoménologie peut être très variée, à l’image de chacun d’entre nous.

 

Suggestibilité hypnotique

 

La suggestibilité est une capacité à s’engager dans une activité attentionnelle focalisée, et d’absorption. Dans cet état, le sujet peut entrer et vivre une « transe » hypnotique, qui modifie ses capacités d’adaptation ordinaire au profit d’autres fonctions cognitives plus inconscientes.

La suggestibilité du sujet peut persister durant environ 15 à 20 minutes après une séance, qu’elle qu’en soit sa durée. Le thérapeute s’assurera du retour à la normale de son accompagné, avant qu’il ne quitte les lieux de la séance.

Ce passage de l’hypnose à la veille ordinaire est appelé phase de « réveil », bien que l’expérience hypnotique, ne soit pas le sommeil. Des études en neuro-imagerie ont démontré la distinction entre hypnose, sommeil, imagination éveillée et relaxation.

 

Pourquoi rentrer en hypnose dans la thérapie ?

 

Expérimenter l’état hypnotique donne accès à un rapport au monde ou aux choses DISTINCT. Cette expérience hypnotique est intéressante pour vivre des perceptions, la conception d’alternatives, une nouvelle une compréhension.

L’état hypnotique met en œuvre la fonction créatrice qu’est l’ « imagination agente ». Cette dernière indépendante de notre volonté est une entité cognitive précieuse, intelligemment, bienveillante. Elle recombine les concepts, affects, sensations de manière écologique pour l’hypnotisé. Elle crée l’inattendu.

imaginal hypnose

Cependant, il ne faudrait pas confondre l’hypnose et l’imagination concrète de la veille ordinaire.

L’état hypnotique favorise l’émergence d’une fonction indépendante, inconsciente, puissante dite d’ « imagination agente et créatrice », comme l’entendait Henri CORBIN. Cette fonction cognitive involontaire, est habituellement fort protégée, et mise en arrière-plan par les filtres mentaux.

L’hypnose : une pratique reconstructive

 

Il faut savoir que le monde réel offre de nombreuses données externes que nous intégrons, chacun, aux gouttes à gouttes. Notre carte du monde est mise à jour avec très peu d’informations nouvelles au regard de la réalité partagée, pourtant abondante.

En début de vie, la construction de nos fondations psychiques représente un coût élevé par notre organisme. L’intelligence vitale nous pousse à l’économie d’énergie. Depuis notre façon de capter le monde, d’y réagir, de s’y lier se veut cohérente à notre territoire intérieur.

Lorsque nous voyons du rouge, certains sentent la chaleur, pendant que d’autres perçoivent les bruits environnants. Tout n’est qu’une question de préférence, pour actualiser son monde interne, croyances, valeurs, identité…

L’hypnose nous permet de mettre à distance toute notre rationalité. En se dissociant, le sujet peut alors explorer de manière innée, sans effort, des alternatives expérientielles imprévisibles et novatrices.

hypnose freestyle

C’est aussi pour cela, que votre hypno-thérapeute n’utilise pas de script « prêt à l’emploi » disponible sur le net, notamment. Un script co-construit, avec l’aidé, peut être envisagé s’il est unique et personnalisé.

Dans les autres cas, votre thérapeute vous accompagnera à trouver vos solutions intérieures, en fonction de votre état émotionnel et matériel psychique immédiatement disponible, lors de la séance.

 

Hypnose dans un cadre ETHIQUE

L'état hypnotique rend particulièrement poreux aux suggestions diverses. C'est dans cet espace "non ordinaire" que votre thérapeute peut AUSSI intervenir. Je pratique l'hypnose ericksonnienne et humaniste (plus symbolique).

En hynose ericksonnienne, les métaphores, questionnements, alternatives peuvent être soufflés indirectement. Dans l'hypnose humaniste, la personne hypnotisée rencontre ses propres ressources intérieures sous  différentes formes.

L'expérience de l'hypnose sèche est révélatrice de cette non-intervention qui peut être également trés efficace. Les différentes approches sont relatives aux conditions de consultations et au matériel psychique individuel.

La créativité, l'imagination agente, le libre-arbitre, le for intérieur de chacun est accepté. J'ai pour principe éthique de permettre à la personne de se relier avec avec ses ressources intrinsèques, parfois insoupçonnées mais bien réelles.

Le demandeur de séance est accueilli, non jugé, aidé puis rendu autonome, flexible dans ses mécanismes. Mon accompagnement est respectueux de la personne dans toutes ses dimensions, écologie et système.

Hypnose sèche et imagination paradoxale

L’hypnose peut être très appréciable même lorsque votre thérapeute n’y colle aucune suggestion ! Nous appelons cela « hypnose sèche ».

En effet, dans ces cas, une partie créatrice, libre, inconsciente, autonome peut faire émerger, dans un espace appelé « imaginal » des alternatives, des « insights », ou mises à jour bienveillantes.

L’hypnose sèche peut s’auto-induire. Votre thérapeute vous l’apprendra. Cette pratique diffère de la méditation dans son accès et méthode, cependant elles sont complémentaires.

L’auto-hypnose peut se faire les yeux ouverts. L’entrainement auto-hypnotique est léger, facile, rapide et le retour à soi se gère en amont.

L'hypnose, une seconde nature

Rappelons que nous vivons des états hypnotiques naturellement, mais très souvent sans en avoir conscience. Les enfants surfent grandement entre états hypnotiques et état d’éveil.

Les plus jeunes ont un monde intérieur plus dense, moins structuré et sont bien moins en recherche de validation, que celui d’un adulte. Aussi la transe hypnotique chez les enfants est naturelle, instable et vivante.

Ce que nous appelons « auto-hypnose » signifie un acte volontaire qui a pour objectif de s’auto-induire un état hypnotique sur demande. Les inducteurs de conscience modifiée sont nombreux ; l’hypnose ou auto-hypnose est naturel, sans substance ajoutée.

Une conversation thérapeutique peut naturellement glisser vers un état hypnotique léger. Il n’est pas rare d’y vivre des sortes d’insight.

Cette pratique appelée hypnose conversationnelle n’est pas toujours annoncée au moment où elle se vit. Sachez que son seul but est thérapeutique et facilite un travail hypnotique plus profond, où l’engagement vous sera demandé.

 

Etat hypnotique : que disent les neurosciences ?

Les neuroscientifiques ont découvert et démontré que, sous hypnose, la communication entre les aires cérébrales est fluidifiée. Cet état de « flow » permet une facilité d’association, nettement plus difficile à générer en état de veille ordinaire.

Aussi des pensées obsédantes vécues dans le quotidien peuvent être décloisonnées grâce à l’expérience hypnotique. Le changement de comportements ou croyances limitantes peuvent être rapidement réorganisées.

Dans le cas de sevrage tabagique : le fumeur ne décide pas d’arrêter de fumer ! C’est bel et bien une part inconsciente, ou son corps, qui lui parlera, manifestant dégoût, désintérêt et autres sensations sans lien avec la volonté.

L’hypnose révèle scientifiquement un état « décalé » de conscience à l’instar des transes méditatives « pleine conscience ».

Ces deux pratiques sont étudiées pour leur apport quant à la prise en charge de la douleur ponctuelle et chronique, dépression, anxiété… et autres maux redondants au cœur de notre société moderne.